La résidence à la Villa Kujoyama en 2015 a eu pour objet d’explorer les nouveaux langages du bois en associant artisanat et techniques industrielles. Le point de départ a été les rebus de fabrication de l’atelier de charpentiers Yamamoto Kogyo à Kyoto et le travail de la laque à Wajima. En utilisant principalement des copeaux de bois assemblés par tissage et par collage, est née une série d’objets dont le point commun est une recherche sur la légèreté du matériau et la simplicité des protocoles de fabrication. Parallèlement, il a été entamé une recherche sur des modes d’assemblage sans émission de copeaux ou de poussière, à partir de bois fendu.
L’ensemble de cette production a été acquise par le musée national d’Art moderne – Centre Pompidou en 2017.

 

During the Villa Kujoyama residency program in 2015, a broad exploration of new languages in wood shaping was initiated, creating dialogs between craftsmanship and industrial techniques. The starting point of this research was a combination between wood waste found in the carpenter Yamamoto Kogyo’s workshop in Kyoto, and laquer techniques from Wajima. By using wood chips assembled through weaving and gluing, a series of objects was born. They all share a care for materials’ lightness and for a simple making process.  Another research was also started on split wood assemblies, focused on avoiding chips and dust.
The whole collection was acquired by the MNAM – Centre Pompidou (national museum of modern art), Paris, France.